Facebook a payé une amende supplémentaire pour protéger Zuckerberg, disent les actionnaires – Applications et logiciels – info

Deux procès pour actionnaires de Facebook ont été rendus publics cette semaine avec des accusations concernant une amende présumée payée par Facebook à la FTC (Federal Trade Commission), principal organisme antitrust et régulateur américain. Selon les allégations, les membres du conseil d’administration du réseau social ont approuvé un accord pour que l’entreprise paie 4,9 milliards de dollars de plus en une amende de 5 milliards de dollars, dans le but de protéger le PDG Mark Zuckerberg du scandale Cambridge Analytica.

Dans le meme genre : « Nine Unknowns' apporte le portrait de la dépression postmoderne

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook (Image : Reproduction)

Les deux poursuites ont été déposées par des groupes d’actionnaires en 2020. Le mois dernier, ils ont été joints à une plainte déposée auprès du tribunal de la chancellerie de l’État du Delaware.

A lire également : Cruffins à la Funfetti ! (c'est français !)

En 2018, le scandale Cambridge Analytica est devenu connu du monde entier. Facebook a été la cible d’une « fuite de données » qui a touché 87 millions de personnes dans le monde, à travers une brèche dans les termes du réseau social qui a permis le partage non seulement des utilisateurs, mais aussi des connexions au sein du réseau, telles que des amis ou des proches. L’année suivante, Facebook a été condamné à une amende de 5 milliards de dollars par la FTC pour avoir « trompé » ses utilisateurs sur la protection des données.

Facebook a protégé Zuckerberg, affirment les actionnaires,

mais selon les poursuites, Facebook n’a délibérément pas empêché Cambridge Analytica de violer la vie privée des utilisateurs. L’entreprise l’a fait pour favoriser un modèle commercial « illégal », selon les actionnaires.

Selon ce qui a été documenté dans le premier procès (PDF en anglais), il y a eu un accord avec les dirigeants de l’entreprise pour protéger Mark Zuckerberg lors du scandale Cambridge Analytica. Avant d’appliquer l’amende, l’agence a envoyé une lettre à l’entreprise dans laquelle elle citait Zuckerberg comme défendeur dans les enquêtes.

Pour conclure un accord avec la FTC et empêcher le PDG de témoigner lors de l’enquête, les directeurs de Facebook ont pris des mesures. Ils ont autorisé l’entreprise à payer plus que prévu, soit environ 100 millions de dollars. En fin de compte, l’amende de 5 milliards de dollars reflétait la fuite de chaque profil unique, mais elle était « 4,9 milliards de dollars supérieure à ce qui était prévu dans le statut Facebook ».

Toujours dans le premier procès, il apparaît qu’un certain nombre de membres du conseil d’administration du réseau social, tels que les investisseurs Marc Andreessen et Peter Thiel, le directeur exécutif des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg et le directeur technique Mike Schroepfer – qui quitte l’entreprise et sera remplacé par Andrew Bosworth, vice-président President Reality Labs – a profité des informations d’initiés pour échanger des actions de sociétés en bourse, un crime connu sous le nom de délit d’initié aux États-Unis. Mark Zuckerberg lui-même serait également impliqué dans le stratagème.

Facebook n’a pas prévalu Cambridge Analytica

Non am que ces mêmes dirigeants ont vendu plus d’actions Facebook entre le 26 juin 2013 et le 23 juillet 2019, la veille de l’application de l’amende de la FTC au réseau social.

Le lendemain, à la suite de la punition, les actions Facebook de la bourse américaine NASDAQ ont chuté de plus de 1%. Mais il a récupéré le même jour pour atteindre 204,66$, contre 199,94$ au moment de l’ouverture de l’échange.

Les actionnaires affirment que la fuite de Cambridge Analytica était une conséquence de la « stratégie commerciale » de Facebook (Image : Thomas Sokolowski/Unsplash) Les

actionnaires demandent une indemnisation pour les dommages et recherchent un accord entre toutes les parties concernées. Ils accusent Zuckerberg et les autres dirigeants de la société (Thiel, Sandberg et Andreessen) d’avoir violé la loi californienne sur la concurrence irrégulière.

Le processus nécessite le retour de l’argent gagné grâce à ce qu’il appelle « le profit résultant de la vente illégale d’actions en raison d’informations privilégiées et d’informations confidentielles de Facebook ».

Le deuxième procès comprend également l’accusation selon laquelle Facebook n’a rien fait pour empêcher Cambridge Analytica d’obtenir des données de ses utilisateurs. Voici ce que disent les actionnaires dans le document :

« L’utilisation des informations personnelles des utilisateurs par Cambridge Analytica a été la conséquence naturelle de la stratégie commerciale de Facebook. Il est basé sur le partage ouvert des informations des personnes, l’esprit de « réciprocité totale » et des accords avec les partenaires du programme Platform Application. Cela ne dépend pas du consentement du consommateur et viole le Consent Act de la FTC, adopté en 2012. Facebook n’a rien fait pour vérifier dans quelle mesure les informations sensibles des utilisateurs étaient utilisées par les partenaires ayant accès à la plateforme. »

Les documents révèlent un traitement privilégié, dit WSJ

La divulgation des poursuites arrive à un mauvais moment pour Facebook. L’entreprise est au cœur d’un nouveau scandale : des documents révélés par une enquête du Wall Street Journal indiquent que le réseau social dispose d’un système interne de VIP.

Selon le véhicule, Facebook dispose d’un programme appelé « contre-vérification » ou « XCheck » qui applique des règles spéciales de plateforme à une « élite secrète ». Les gens ordinaires reçoivent un traitement standard, tandis que cette élite éminente est exemptée des sanctions prévues par les règles de la plateforme.

Cette semaine, le vice-président des affaires mondiales de Facebook, Nick Clegg, a défendu la société des articles du Wall Street Journal :

« Les articles publiés par le WSJ contiennent une mauvaise description de ce que nous essayons de faire, et ont donné des raisons notoirement fausses aux dirigeants de Facebook et ses employés. »

Le comité de surveillance de Facebook a ouvert un pour vérifier l’existence d’un programme de « recoupement ». Dans un communiqué publié mardi, le Comité a déclaré qu’ « il est essentiel que les plateformes de médias sociaux soient transparentes ».